Sarah Kiang : auteure du roman illustré Le Grand Arbre.

Sarah Kiang : auteure du roman illustré Le Grand Arbre.

Le Grand Arbre, entre récit de vie et roman illustré, objet hybride issus d'une investigation familiale.

Sarah Kiang est une designer graphique de 23 ans. Elle est née et a grandi en France. Ses parents, eux, sont nés en Chine. Pendant longtemps, elle a honte de ses origines. Perdue entre sa culture natale et celle de ses parents, elle décide de partir sur les terres de ses ancêtres, à la recherche de sa double identité. Elle compile toutes les recherches de son investigation familiale dans son premier roman illustré : Le Grand Arbre.

Retour sur le parcours et la campagne de crowdfunding de Sarah Kiang.

Salut Sarah, tu te présentes pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Hello ! Je m’appelle Sarah Kiang, je suis née à Nantes et j’ai grandi entre deux cultures : française et chinoise. Aujourd’hui, je suis à la fois designer graphique au sein du Livre de Poche et directrice artistique indépendante.

Comment est née l’idée du projet Le Grand Arbre ?

J’ai eu le plaisir d’écrire mon tout premier ouvrage, Le Grand Arbre, pour mon diplôme à l’ECV Nantes. Le Grand Arbre, c’est un objet hybride entre récit de vie et roman illustré qui regroupe des témoignages et des documents iconographiques issus d’une investigation familiale. Le lecteur est appelé à plonger au cœur des non-dits d’une famille asiatique dont la parole se libère peu à peu grâce aux questionnements de la jeune autrice en quête d’émancipation.

Le projet est né suite à une remise en question de mon identité, mes origines et ma famille. Pourquoi en France, je m’appelle Sarah Kiang, et en Chine, je m’appelle Cai Li Yu ? Pourquoi dois-je utiliser des noms différents dans deux pays ? Se connaître soi-même est déjà une chose compliquée en temps normal, mais avoir de multiples identités, cela me faisait me poser beaucoup de questions.

C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de mener une enquête auprès de ma famille pour savoir plus clairement d’où je viens. J’ai finalement trouvé le courage de renouer avec mes racines et j’ai tenté de retracer l’histoire tempétueuse de mes ancêtres, de la Chine à l’aube de l’invasion japonaise jusqu’à leur arrivée et installation en France. Aujourd’hui, je peux dire que j’ai enfin rétabli la paix entre mes deux identités.

Tu as eu recours à une plateforme de financement participatif pour financer ton projet, pourquoi ?

Pour être tout à fait honnête, j’ai été diplômée au mois de juin 2020, en pleine crise sanitaire. La période est rude et compliquée pour beaucoup de personnes, ce qui ne m’aidait pas dans la recherche de travail. Je ne voulais pas « rien faire » de mes journées, alors j’ai décidé d’auto-éditer mon projet de fin d’études sous la forme d’une campagne de financement participatif.

J’ai fait ce choix-là car j’avais envie de faire quelque chose de nouveau, de sortir de ma zone de confort, mais aussi de continuer dans la lignée de tout faire soi-même de A à Z. Cela m’a permis de me rapprocher des contributeur·ices de ce livre, car c’est devenu un projet collectif et non plus personnel.

Comment as-tu vécu la période de campagne ?

Ça a été très riche en émotions tout le long de la campagne.

J’ai lancé sur les réseaux mon Ulule, le 11 janvier 2021, au petit matin. Et à 19h, le soir même, mon objectif avait été atteint. Je ne m’attendais pas du tout à un tel engouement. Je n’avais pas les mots et j’étais vraiment très contente, je ne m’en rendais pas compte.

Petit à petit, d’autres personnes sont tombées sur mon projet, comme Estelle (fondatrice de The V box), qui m’a envoyé un message pour me soutenir dans la rubrique Cercle Vertueux. Je n’en croyais pas mes yeux quand j’ai su qu'elle avait adoré mon projet et que j’étais la première personne qu'elle soutenait dans cette rubrique avec The V Box ! Je suis encore très touchée et trop contente qu'elle soit tombée dessus ! <3

Ensuite, au milieu de la campagne, il y a eu un creux, mais ça, c’est comme dans toutes les campagnes de financements participatifs. Et ensuite, les derniers jours, c’était encore la folie !

Quel était l’objectif ? L’avez-vous atteint ?

Mon objectif était de 3000€ pour pouvoir imprimer 100 exemplaires. J'avais peur de ne pas avoir assez de contributeur·ices et, finalement, j’ai pu imprimer 300 exemplaires ! Au bout d’un mois et demi de campagne, il y a eu 243 contributeur·ices avec un objectif dépassé à 220% et un montant de 6622€ récolté. C’est juste incroyable !

Dirais-tu que la campagne de financement a été bénéfique pour ton projet ?

Oui, elle a été bénéfique parce que tout le long de cette aventure, j’ai été amenée à rencontrer pleins de belles personnes, j’ai participé à des interviews, et je suis même passée à la radio sur France Bleu Loire Océan. C’était vraiment une superbe aventure que je ne regrette pas du tout. Je suis très contente d’avoir fait ce pas dans le vide, vers un monde que je ne connaissais pas, et qui finalement, s’est super bien passé. J’ai été très bien entourée et soutenue dans tout ce que je faisais, et ça, ça fait trop plaisir !

Si tu devais dire quelque chose à celleux qui ont financé ta campagne ?

MILLE MERCIS ! Je ne les remercierai jamais assez, mais merci du fond du cœur d’avoir participé à l’aventure du Grand Arbre avec moi.

Merci pour tous vos gentils messages de soutien, vos partages, et surtout, de me faire confiance dans cette première aventure dans laquelle je me suis lancée. C'est grâce à vous si j'ai eu autant de motivation tout au long de la campagne et que je suis complètement sortie de ma zone de confort. J'avais vraiment envie que l'on participe tous ensemble à cette aventure du Grand Arbre, et ça a été le cas. Merci !

C’est quoi les news pour Le Grand Arbre ?

Les 300 livres viennent d’être imprimés et je vais pouvoir aller les chercher ce week-end (Mars 2021). Comme je jongle avec deux travails, deux villes, et des nouvelles restrictions sanitaires, les délais de livraisons sont un peu longs et je m’en excuse d’avance. Mais j’essaie de tenir au courant au maximum les contributeur·ices.

Il va également y avoir une première remise en mains propres le samedi 27 mars, à Nantes, et j’ai trop hâte de pouvoir voir en vrai les personnes qui m’ont aidé à faire de ce projet une réalité !

Une anecdote ou une histoire marrante de campagne à nous raconter ?

Déjà, je ne pensais pas que sur Ulule, il y avait des personnes qui trainaient régulièrement pour soutenir des projets qui leurs plaisent. En tout cas, c'est une super initiative ! Et grâce à ça, j'ai pu rencontrer une fille super chouette qui s'appelle Lunare.

Au départ, elle avait contribué à mon projet en ne commandant qu'un livre et petit à petit, nous avons appris à nous connaître. Et je sais pas pourquoi, elle a continué à contribuer, à acheter plusieurs exemplaires, à prendre d'autres contreparties, et elle m'a même proposé de faire une interview sur sa chaîne Twitch. Elle aussi, elle a envie de soutenir des porteurs et des porteuses de projets sur les sites de financement participatif et ça fait vraiment trop plaisir que je sois tombée à la fois sur elle et sur Estelle. Leur soutien a été précieux et ça fait du bien d'avoir des personnes aussi bienveillantes qu'elles !

Un mot sympa/un conseil pour les futures porteuses de projets ?

Foncez, sans hésiter !

Ça peut faire peur, c'est sûr et certain, mais vous ne le regretterez pas. Ça a été une superbe aventure pour moi ! J'ai été nourrie de tous les messages positifs et de tous les soutiens de mon entourage, mais pas que ! J'ai aussi eu la chance de rencontrer des personnes que je ne connaissais pas, et je trouve ça encore plus fort.

Je suis la première à avoir peur, à ne pas vouloir sortir de ma zone de confort, et pourtant, je suis tellement contente d'avoir fait tout ce chemin telle une jeune pousse qui devient un grand arbre.

C'est à votre tour de devenir un grand arbre ! <3

Merci Sarah pour cet article inspirant et plein d'énergie ! Nous souhaitons de longues et belles saisons au Grand Arbre !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés